Huahine, l’authentique

Une île à l’ambiance reposante et authentique. Celle-ci est composé de deux îles reliées par un pont, renfermant de beaux reliefs verdoyants et de magnifiques baies. Elle est peu touristique et ne possède pas d’hôtel de luxe, il y a seulement des petites unités hôtelières ou pensions de famille. Une île à la beauté sauvageparfaite pour se ressourcer !

Pour la petite histoire… ou légende 

« Huahine fut baptisé « Hermosa », la Belle, par le célèbre navigateur anglais James Cook, premier européen à découvrir l’île en 1769. Le nom actuel Huahine signifie « sexe de la femme » : en tahitien, Hua désigne les « organes génitaux » et Hine se rapporte à une « personne de sexe féminin ». Selon certains, l’île tirerait son nom de la silhouette d’une femme allongée se dessinant sur la montagne Tavahi’Ura, considérée par les habitants de Huahine comme leur mère ».

Pour ceux qui ont vu “Vaiana” (ou “Moana”, version anglaise), le film s’inspire de cette légende où l’île représente une femme allongée. D’ailleurs tout au long du film, il y a de multiple clin d’œil à la culture Polynésienne.

De gauche à droite on aperçoit son ventre enceinte, ses seins et son visage. A votre imagination ! (photo via google image)

Notre bungalow

Nous dormons à la pension Aritere, tenu par Manuela et sa cousine qui sont adorables et toujours de bonne humeur. Notre chambre possède sa propre salle de bain et une petite terrasse avec frigo (parfait pour nos bières ou plutôt les fameux  “obus Hinano”, comme ils les appellent). En face une piscine commune et à côté une grande avancée avec cuisine équipée. Un lieu agréable et plutôt mignon, qui se trouve à 5 minutes à pieds de la plage. L’avantage et que nous avons également accès au kayak et au vélo gratuitement. Nous ne manquerons pas d’en profiter le temps d’une demie journée pour chaque activité.

Pour le dernier soir Manuela nous demande gentiment si nous sommes d’accord pour laisser notre chambre à une personne qui doit travailler juste à côté sur un bateau de plonger. En échange on sera placé dans une petite maison à côté de la plage, en solitaire. Pour la petite anecdote, le premier jour de notre arrivée elles  s’étaient déjà trompé de chambre pour nous, et on avait du déménager, donc elles se sont dit qu’on ne serait plus à ça prêt…! Mais c’est avec plaisir que nous rendons service et en plus dans un Fare en mode solo, on est ravi ! Le bonus, Manuela nous prête la voiture gratuitement. Ce n’est plus un service qu’on rend, c’est un cadeau qu’on nous offre ! (un Fare est le nom donné pour une maison traditionnelle).
Voici notre Fare pour la nuit, mignon non ? Et le coucher de soleil à 20 mètres de celui-ci ! Splendide ! Apparemment lors de la saison des baleines on peut en apercevoir depuis la plage.

Le village de Fare

C’est la village principale de l’île, c’est ici que se trouve le marché, quelques petits restaurants, des roulottes et un petit supermarché. Il y’a également une agréable plage où nous venons souvent nous prélasser et nous baigner dans son eau transparente.

Un soir, nous testons le seul bar de l’île : « Huahine Yatch Club » qui possède une jolie vue sur le coucher du soleil. Nous profitons du Happy Hours pour goûter leur cocktail punch et maitai et restons dîner. Nous choisissons une de leur spécialité : du Mahi Mahi pané au lait de coco (daurade coryphene). N’ayant plus de Mahi Mahi, il nous le remplace par un poisson du lagon : le perroquet, (qu’on voit souvent en snorkeling…). Un chouette restaurant au rythme polynésien, les plats arrivent doucement mais sûrement.

Session snorkeling

Le meilleur spot de snorkeling accessible depuis l’île (sans aller sur les motus) est le jardin de corail qui se trouve au niveau de l’ancien hôtel Sofitel. De cet ancien hôtel il ne reste que les fondations qui tenaient les bungalow sur pilotis.

Depuis la petite plage composée de débris coralliens on accède à un « labyrinthe » de corail. Nous observons toutes sortes de coraux et de poissons, nos premiers poissons clown et un poisson plat (une sorte de sol qui se confond avec la couleur du sable. Avec un bon sens de l’observation vous pouvez l’apercevoir dans la vidéo. Indice : à la fin). Un petit bijoux sous la mer, magnifique ! D’ailleurs on y retournera pour une autre session.

Le tour de l’île en une journée

Nous louons une voiture à notre pension pour la journée, afin d’explorer Huahine et les deux îles qui la composent : Huahine Nui (« Grande Huahine » ) et Huahine Iti (« Petite Huahine »). Ces deux îles de 77 km2 sont reliés par un pont et se partagent le même lagon.

Nous commençons par les vestiges archéologiques de Maeva. À l’entrée du village de Maeva se trouve un imposant Marae, un site cérémoniel (pour plus d’information sur le Marae, lire l’article sur « Raiatea »). Juste à côté, une reconstitution du « Fare potee » (maison commune en forme ovale) abrite un petit musée archéologique.
Le lieu des vestiges était un site majeur dans l’histoire de la Polynésie pré-européenne, c’était le siège du pouvoir Royal de l’île.

A quelques mètres de là se trouve les parcs à poissons. Fabriqué de pierres et blocs de coraux ils servaient de sources de nourriture pour les familles des chefs. Ce moyen ancestrale de piéger le poisson est encore utilisé de nos jours.

Un autre Marae attire notre attention, l’imposant Marae Manunu.

Puis nous nous dirigeons dans le village de Faie, pour découvrir les anguilles aux yeux bleus. Ces animaux sont nourris par les gens du village et occupent une place importante dans la mythologie polynésienne. De nombreuses légendes content des histoires sur les anguilles. Aux yeux des habitants ces anguilles sont sacrés et sont vu comme un don divin et la promesse d’une vie abondante.

Sur la route, un point de vue sur la baie de Maroe et Huahine Iti en arrière plan.

Nous empruntons le pont pour nous rendre sur l’île de Huahine iti. D’ici, on peut observer ce que le dieu Hiro à laissé en souvenir sur la baie de Maroe. Selon la légende, c’est le dieu Hiro qui a fendu l’île de Huahine en deux (C’est pourquoi il y a aujourd’hui deux îles) avec sa pirogue en y laissant la marque de sa pagaie, l’empreinte de son doigt (sous l’eau) mais surtout ses attributs phalliques (son Kokoro) symbolisé par un rocher. (Qu’on peut voir sur la photo ci-dessous).

Sur la route nous traversons de jolie petite village à l’ambiance détendu : Tefarerii, Parae. Mais aussi de jolie plage : plage d’Anini, baie d’Avea.

Une courte vidéo avec une musique polynésienne à base de Yukulele et de bonne humeur. On a pas retrouvé la musique qu’on entendait souvent à la radio mais ça donne un bon aperçu.

Huahine, c’est aussi de somptueux coucher de soleil 

Ces moments à observer le coucher de soleil font aussi parti de nos meilleurs souvenirs de la Polynésie : chaque soir c’est un nouveau spectacle. Nos plus beaux sont sur l’île de Huahine et Moorea.


Il est possible de faire des excursions sur l’île : plongée sous marine, balade en pirogue, excursion sur le lagon, tour de l’île avec un guide et location de bateau. Nous avons fait le choix de ne pas en faire ici (car nous en avions déjà fait sur les autres iles, à Raiatea, Maupiti et Bora Bora et que nous comptons sûrement en faire à Moorea et Tahiti. Accumulé, toutes ces activités sont coûteuses. Et oui, gardons des sous pour la suite de notre voyage en Océanie).


Nous avons profité de cette île simplement en la découvrant par nos propres moyens et nous en avons été satisfait. Nous avons été conquis par toutes les merveilles qu’elle a à offrir : une riche histoire culturelle, un lagon vivant et une eau transparente digne de la Polynésie, une végétation tropicale luxuriante, des habitants d’une grande gentillesse, des couchers de soleil resplendissants. Mais aussi un endroit idéal pour son côté calme, reposant et authentique.

Notre prochaine étape : l’île de Moorea.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 comments