Les îles et îlots de la Nouvelle Calédonie

L’archipel de la Nouvelle Calédonie comprend 5 îles principales : La Grande Terre (article ici), L’île des Pins et les îles Loyauté qui comprend Lifou, Maré et Ouvéa. Mais le territoire possède bien d’autres îles et îlots chacun avec sa particularité et sa beauté.

Les îlots autour de Nouméa

Nouméa compte un grand nombre d’îlots à proximité. Certains très touristiques et d’autres plus préservés. Il y en a pour tous les goûts. Durant notre séjour nous en avons exploré 3.

Îles aux Canards et sa réserve naturelle

Cette île classée réserve protégée est la plus proche de Nouméa et accessible en seulement 5 minutes de bateau. Elle est plutôt convoitée et on y trouve tout le confort touristique : un restaurant, un bar, des transats et parasols. Il y a même des œuvres artistiques locales. Nous y passons une partie de la journée avec notre pique nique et malgré la fraîcheur de l’eau (et oui à cette période l’eau n’est pas très chaude) nous en profitons pour faire du snorkeling. En effet, a à peine quelques mètres du bord se trouve « une randonnée » sous marine balisée. Nous y découvrons une variété très importantes de poissons et de coraux.

Tarif navette bateau : 1250 fr/ personne soit 10€

Îlot Maitre : entre kite-surf et tortue de mer

Situé à 15 minutes de bateau environ, l’îlot Maître possède les atouts idéals pour accueillir les passionnés de kite-surf. Ce jour là nous accompagnons notre ami Tony et ses potes pour les observer pendant leur séance de kite. Le vent est idéal et on apprécie les voir surfer et survoler les vagues en réalisant quelques figures. Cet îlot est aussi réputé pour ses tortues qui s’alimentent aux alentours. Avec Jay, nous décidons de faire un peu de snorkeling, l’eau est gelée mais ça serait dommage de ne pas découvrir les environs sous l’eau. Nous n’avons pas besoin d’aller bien loin, à quelques mètres du pontons principal nous apercevons des tortues de mer. C’est incroyable, il y en a 4 ou 5 au fond de l’eau en train de se nourrir d’algues. On arrive à s’approcher d’elles pour mieux les observer mais sans les embêter. Elles sont calmes et ne bougent pas. Évidemment, la gopro décide de ne pas s’allumer, nous ne pourrons pas immortaliser ce moment mais il restera à jamais gravé dans notre esprit. Clairement on ne s’attendait pas à voir des tortues ce jour et surtout si proche !

Tarif navette bateau : 2900 fr/personne soit 24€

Îlot Signal

Nous passons une journée de détente sur cette îlot avec nos amis. L’îlot possède une faune marine particulièrement riche. Malheureusement ce jour là il ne fait pas assez chaud pour avoir l’envie de se baigner. On se consolera avec une balade qui fait le tour, nous dévoilant la beauté de l’île et rencontrerons quelques tricots rayés. C’est un serpent au venin mortel mais ils ne sont pas du tout agressifs et restent très craintif. Les lieux sont aussi très agréable pour la farniente, des activités sur l’eau comme le padle. Beaucoup de famille et groupe d’amis profitent de ces îlots pour s’accorder un week-end de détente en campant directement sur place « à la sauvage » loin du tumulte de Nouméa. Un réel atout quand on vit dans cette région !

Tarif navette bateau : 4000 xpf/ personne soit 33€

Iles au sud de la Nouvelle Calédonie

Nous partons de Nouméa pour explorer des îles plus lointaines.

Îlot Casy

Situé au sud du cailloux, dans la baie de Prony, l’îlot Casy est un prolongement de la Grande Terre dont il aurait été séparé il y a un million d’année. Cet îlot de 40 ha est au cœur d’une splendide réserve naturelle, maritime et pédestre. Nous décidons de nous y installer pour 2 jours et 2 nuits entre potes.

Jour 1

Depuis la baie de Prony (à environ 1h30 de Nouméa) nous prenons un taxi boat (que nous avons réservé à l’avance) qui nous amène sur cette île (15 minutes de navigation). En arrivant sur l’île sauvage une bière de bienvenu est de rigueur, puis nous commençons le repérage des lieux pour choisir le coin où nous installerons notre campement. Heureusement Tonny et Fanny sont équipés permettant un minimum de confort bien agréable : tentes, hamacs, glacières, natte, bâche s’il pleut… Oui car cet îlot est aujourd’hui sauvage, pas de camping, pas d’eau, pas d’électricité, pas de douche ni toilette. Mais c’est ça qu’on aime, vivre « à la Robinson Crusoé » le temps d’un week-end. (On a évidemment ramené de la nourriture et des boissons). Le reste de la journée nous nous baladons, glandons, jouons, picolons…: nous profitons de la vie quoi ! Et le soir l’éternel apéro accompagné d’un barbecue. Nous remercions les bâches car il y a eu une grosse averse dans la soirée.

Jour 2

Le lendemain, nous partons en expédition autour de l’île pour découvrir la beauté de celle-ci. Il existe des chemins balisées, mais nous ne les avons pas forcément suivis. Nous découvrons de belles plages avec ses eaux claires abritant pleins de petits poissons, concombres des mer ou étoiles de mer ; des forêts denses pleines de charmes avec toutes sortes d’arbres : du plus mignon au plus majestueux et au milieu de l’île un paysage lunaire et une terre rouge avec des panoramas plus beaux les uns que les autres. Une chouette randonnée de 3h00 (on a clairement pris notre temps!). Pour la suite de la journée on continue entre jeux, farniente, apero et barbecue. Demain matin le taxiboat reviendra nous chercher.

Camper sur un îlot sauvage pendant 2 jours et 2 nuits est une expérience inoubliable, en plus entre amis ! D’autant que le lieu est superbe. En Nouvelle Calédonie beaucoup de groupe d’ami ou famille partent le temps d’un weekend camper sur les îlots sauvages, c’est une activité banale. Mais pour nous c’est une expérience unique et on a adoré. On aimerait le refaire un jour ! On garde des souvenirs pleins la tête.

L’île des Pins

Elle figure au rang des plus belles îles du monde et beaucoup la surnomme « l’île la plus proche du paradis ». Nous allons donc le vérifier pendant 3 jours avec notre ami Jay. Il faut une trentaine de minutes pour la rejoindre en avion depuis Nouméa.

Jour 1

Nous louons une voiture pour la journée afin de faire le tour de l’île avec un soleil radieux. Nous nous arrêtons à différents points : des baies ; des vestiges du bagne ; un cimetière des déportés ; un lieu où son placer des totems représentant les différentes tribus ; la « grotte de la troisième » : une grotte magnifique avec des stalagmites et stalactites, où se trouve de l’eau tellement clair qu’on se rend compte qu’il y a de l’eau qu’une fois après avoir mi le pied dedans.

L’îlot Brosse, car si on l’observe bien, on peut se rendre compte qu’il est en forme de brosse.

Mais le moment que l’on a préféré est la découverte de la piscine naturelle d’Oro. Pour la découvrir il faut d’abord s’acquitter d’un droit d’entrée (je ne me rappelle plus du prix, mais ce n’était vraiment pas cher) puis soit suivre un sentier dans la forêt, soit suivre « une rivière » les pieds dans l’eau. Nous, nous avons fait un peu des deux, par contre attention de ne pas écraser les petits crabes, nous en avons rencontré un grand nombre. Déjà cette partie à pieds est vraiment très jolie, puis arrivé à destination nous sommes sous le charme ! L’eau d’un bleu transparent tel une piscine est entouré de splendide pins colonnaires et de l’autre coté nous avons la vue sur l’Océan qui un peu agité ce jour là envoie des vagues dans la piscine. Nous en profitons pour nager et observer les poissons sous l’eau. Un cadre somptueux !

Le “sentier d’eau” pour se rendre à la piscine naturelle.

Pour finir la journée nous nous rendons à la baie de la Corbeille, où il n’y a que nous, pour observer le coucher de soleil avec une bière.

Le soir nous retournons au camping pour profiter d’un apéro et d’un bon barbecue, où nous rencontrons Léa une voyageuse qui nous contera ses aventures en Australie.

Jour 2

Après une bonne nuit, nous partons en fin de matinée pour faire l’ascension du Pic N’ga (262m), accompagné par la chienne du camping qui nous suit depuis le début et que nous surnommons « Tina » (on apprendra son vrai nom à la fin du séjour : Alice). Le pic est assez rude mais nous arrivons au sommet en 1h00. La vue à 360° est époustouflante. On aperçoit les immenses forêts vertes, les différents îlots et les différentes nuances de bleu du lagon. Sauf qu’au bout de quelques minutes la pluie se joint à nous, même si cela reste très beau, la vue est beaucoup moins dégagé et à certain endroit on ne voit pas grand chose.

la “queue de baleine”.

En rentrant au camp, le temps se gâte, on souhaite continuer la balade mais avec cette pluie c’est impossible. Nous sommes donc coincé sous un faré du camping à jouer aux cartes tout l’après midi. C’est vraiment pas de chance !

Le soir nous goûtons au « Bougna », un plat traditionnel de la Nouvelle Calédonie à base de viande ou poisson, accompagné de taros, patates douce,tomates, bananes poingo et d’ignames, arrosé d’eau de coco. Le tout est enveloppé dans de grandes feuilles de bananiers et cuits à l’étouffée dans un four de pierre chaude. Un vrai régal !

Jour 3

Pour notre dernier jour nous avions réservé une excursion en bateau, afin d’explorer le lagon et dans l’espoir de rencontrer ses habitants : différents poissons, des raies mantas, des tortues et des requins pointes noires. Malheureusement le beau temps n’est toujours pas de la partie, l’excursion est annulée… Pas la peine de préciser qu’on était extrêmement dégoutté… La gérante du camping a eu la gentillesse de nous prêter une case (maison traditionnelle) pour nous reposer et jouer à des jeux de société. Il a plu toute la matinée et dans l’après midi voyant qu’il y avait un éclairci nous en avons profité pour nous balader sur les différentes baies que nous n’avions pas encore vu.

L’île des Pins est d’une grande beauté et reste très préservé, avec au final peu de touriste. Malheureusement nous n’avons pas pu l’explorer comme on le souhaitait à cause d’une météo très capricieuse. Quel dommage, mais nous ne contrôlons pas le temps… A savoir, sur l’île il y a peu de commerce et pas ou très peu de vente d’alcool, donc si vous souhaitez faire quelques apéros acheter le à l’avance sur Nouméa et emportez votre glacière armée de munitions !

Lors de notre séjour nous avons dormi au camping « Atchu » avec vu sur l’Océan. Nous avons dormi dans un petit cabane pour trois, mais il est également possible de dormir dans une case (maison traditionnelle) ou de planter sa propre tente sur un emplacement. Il y a également différents petits farés : dont un qui abrite la cuisine, un autre un barbecue, et d’autres avec des tables et des bancs pour manger. Le coin salle de bain extérieur est composé de douches et toilettes (fermé évidemment!). Et il y a également une salle de restauration pour prendre des repas si on le souhaite ! Un chouette endroit !

La nouvelle Calédonie regorge d’îles et îlots en tout genre, nous avons appréciés en découvrir quelques un mais il y en a tellement d’autres à explorer, dont les îles Loyautés qui ont une très belles réputations : elles restent authentiques et préserver. Peut-être pour un prochain voyage ?

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments