PARTIE 1, Road-trip dans le Nord-Ouest : de Mendoza à Cafayate

Nous quittons Mendoza pour un road-trip de 15 jours dans le Nord-Ouest de l’Argentine. Nous choisissons de louer une voiture, l’option la plus pratique pour visiter cette région. Adieu les bus, à nous la liberté ! Durant cette aventure nous allons rencontré autant de paysage aride que verdoyant ! Un sacré mélange de couleurs, formes atypiques et saveurs… C’est parti pour la première partie !

Les étapes

Partie 1 : de Mendoza à Cafayate

  • Jour 1 : Sur la route jusqu’à Balde del Rosario
  • Jour 2 : Ischigualasto et repos à Jagüe
  • Jour 3 : La Laguna Brava
  • Jour 4 : Las Salinas Grandes (de Cordoba)
  • Jour 5 : Las Salinas Grandes et repos à Famailla
  • Jour 6 : Tafi del Valle et les ruines de Quilmes
  • Jour 7 : Quebrada de las Conchas sur la RN68 et les Bodegas de Cafayate

Partie 2 : de Cafayate à Salta (à retrouver ici)

  • Jour 8 : Quebrada de las Flechas sur la RN40
  • Jour 9 : Parque nacional Los cardones
  • Jour 10 : Parque nacional Calilegua
  • Jour 11 : Purmamarca et la montagne au 7 couleurs
  • Jour 12 : Les ruines Pucara de Tilcara et la montagne aux 14 couleurs
  • Jour 13 : Las Salinas Grandes (de Salta)
  • Jour 14 et 15 : Salta

Récits et photos du road-trip

Jour 1 : Sur la route jusqu’à Balde del Rosario

Après être sorti de la ville nous rejoignons vite les routes désertiques et sauvages. Il nous faut presque 6h pour trouver le minuscule village de Balde del Rosario, là où nous passerons la nuit (Los Arienos 27€ pour 4). Il n’y a pas grand chose ici, mais les cactus qui bordent les routes et le soleil qui illumine la chaîne de montagnes à l’ouest suffisent à notre bonheur. On observe les poules et les poussins picorer les sols en plein air, les perruches vertes dans les arbres et mangeons dans le seul restaurant du coin : du cabri soit de la chèvre en ragoût ou de la milanesa, (le plat typique qu’on retrouve partout mais autant se l’avouer ce n’est pas fameux). On se sent bien ici.

Jour 2 : Ischigualasto et repos à Jagüe

A 25 minutes de notre petit village, nous arrivons au Parc National Ischigualasto inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’entrée est à 600 pesos par personne (8,50€ en 2020). Quand nous arrivons le prochain convoi par à 10h00 car la visite du parc se fait obligatoirement avec un guide. Celui-ci monte dans la première voiture, puis tout le monde se suit à la queue-le-le. Le parcours se fait sur 40km en voiture avec des arrêts sur des points clés et les explications du guide. Sauf qu’il ne parle qu’en Espagnol, donc on ne comprend pas tout et en plus nous sommes une quarantaine de personnes, ça fait beaucoup. On aurait préféré être autonome dans le parc mais c’est sûrement pour la préservation des lieux, surveiller les touristes pour éviter les débordements.

Pendant 4h00 nous roulons à travers des paysages lunaires, observons des roches et des sols de grès aux couleurs et aux formes extravagantes, des gros cailloux au format arrondie quasi parfait mais aussi des falaises rouges, droites et imposantes. Et tout cela dû à l’érosion provoqué par des vents constants.

Difficile à imaginer que cet espace désertique appelé aujourd’hui « vallée de la lune » était il y a 250 millions d’années une plaine tropicale bordé de rivières, marais et lacs. Le parc n’est d’ailleurs pas seulement connu pour ces paysages extraordinaires mais aussi grâce à la découverte de plusieurs fossiles de dinosaures. (il y a également 2 musées dans le parc qui nous en apprennent plus sur la faune et les dinosaures).

Nous reprenons la route dans l’après-midi, traversons plusieurs villages endormis où tout est fermé, des longues lignes droites puis rejoignons une route de terre qui serpente entre les montagnes d’une roche brut. Malgré la pluie et le chemin peu confiant, le paysage est beau avec une atmosphère particulière. Nous arrivons à Jagüe, il n’y a rien, à part quelques maisons et notre Posada Los Mudaderos, là où nous passerons la nuit. Je ne peux que recommander cet endroit si authentique. Un lieu charmant et confortable, de jolies chambres pour 4, des hôtes très attentionnés et un repas délicieux (qui nous a été offert par le propriétaire, extrêmement généreux). L’emplacement est également idéal pour se rapprocher de la Laguna Brava (plus que 1h30 de route contre 3h00 depuis Villa Union).

Jour 3 : La Laguna Brava

Après le petit déjeuner et les dernières recommandations de Carlos notre hôte, nous prenons la route sur une éternelle ligne droite, mais arrivons vite au plus près des montagnes de roches brutes aux formes atypiques, tel le dos d’un stégosaure ou celui de Godzilla ! Le chemin est également un peu chaotique : la pluie de la veille n’a rien arrangée. La route est effondrée sur 1/3, on passe 15 minutes à étudier le passage pour être sur de ne pas sombrer ni s’enfoncer dans les coins très boueux. Victoire ça passe ! Mais on redoute que les prochains 40 km soient aussi fastidieux. Si c’est le cas on n’arrivera sûrement pas au bout avec notre petite berline… Finalement la route s’arrange et l’espoir de voir la Laguna réapparaît. Mais avant d’arriver nous profitons du panorama EXTRAORDINAIRE qui défile sous nos yeux au fur et à mesure que nous avançons. Un paysage infini de montagnes aux différentes nuances de couleurs. Ce que nous voyons est vraiment dingue !

Nous arrivons à 4200m d’altitude sur une surface plate, face à la Laguna Brava et à différentes chaînes de montagnes. La aussi c’est incroyable ! Nous avons la chance de tomber sur un groupe de flamants roses et blancs, ils ont l’air paisibles. Le clou du spectacle c’est que grâce à la pluie, le sol de sel s’est transformé en miroir géant et reflète le paysage. GRANDIOSE ! Nous sommes seules à profiter des lieux, quelques personnes arriveront une bonne heure après.

Nous quittons ce lieu fantastique, les yeux pleins d’étoiles et toujours grand ouvert pour profiter une dernière fois de la beauté du chemin retour des montagnes colorées. Ce genre de moment qui nous donne des frissons et où nous nous sentons chanceux d’avoir pu découvrir une si merveilleuse nature.

Nous traversons Villa San José, une ville toute en longueur et totalement déserte, où il va être difficile de trouver à manger. Tout est fermé ou abandonné. Un dernier espoir nous fait de l’œil, une maison où est écrit “empanadas todas horas” mais les portes sont closes. Une passante appelle les propriétaires pour nous “Isabellaaaaa!!!”. On nous installe dans un salon où il n’y a qu’une table à coté d’une chambre. Il n’y aura pas d’empanadas mais un plat classique pour satisfaire notre faim, par contre leur hospitalité et leur sourire font chaud au cœur. Petit moment cocasse où on se croirait plus chez l’habitant que dans un petit restaurant.

A 17h nous arrivons dans la ville également déserte de Villa Union. Nous trouvons un Hospedaje (sorte de petit hôtel) où les photos de famille trône dans la salle commune. A 20h nous sortons pour manger, on se croirait transporté dans une autre ville… Tous les magasins sont ouverts, les gens sont tous dehors, il y a de la vie ! Une tout autre ambiance. En fait l’été, ces villes vivent le matin et le soir, et de 13h à 18h tout le monde reste chez sois. Nous voilà prévenu ! (par contre il faut attendre 21h pour pouvoir manger).

Jour 4 : Las Salinas Grande (de Cordoba)

Le lendemain, nous nous dirigeons vers l’Est, le début de la route est légèrement vallonné et elle serpente entre des décors digne de ceux du Far West : entre cactus et mont rougeâtre.

Nous faisons un détour sur notre itinéraire (conseil : le faire plutôt quand vous passez par Cordoba) pour découvrir un des plus grand désert de sel du monde, juste à coté du petit village de Lucio V Mansilla. (A ne pas confondre avec celui à côté de Salta, aussi en Argentine). Sauf que ce n’est pas touristique alors nous galérons un peu à trouver une route pour y accéder (voir sur mapsme). Nous arrivons pile poils pour le coucher du soleil. Sous nos yeux une étendu blanche à perte de vue qui s’assombrit petit à petit. Dommage qu’un épais nuage cache une bonne partie des jolies couleurs du coucher de soleil. Mais c’est quand même très beau !

Nous trouvons ensuite un petit hôtel au bord de la national (15€ pour 2 avec sdb privée) qui fait aussi restaurant. Parfait, on avait peur de galérer à trouver quelque chose dans ce coin perdu. Nous mangeons dehors à coté de messieurs concentrés devant la vieille TV cathodique qui retranscrit un match de foot (alors qu’il y a un énorme écran plat à l’intérieur!).
Après le repas, nous décidons de retourner au Salar avec une petite bière afin d’observer le ciel. Nous faisons bien, le ciel est totalement dégagé, dépourvu de pollution lumineuse et il est merveilleux ! Des milliards d’étoiles scintillent de milles feux au dessus de nos têtes et on aperçoit clairement la voie lactée. Incroyable ! Au loin on voit également des éclairs qui passent du jaune au rouge, surprenant. Si vous voyagez un jour dans l’hémisphère sud, prenez le temps un soir de vous écartez de la ville pour observer ce ciel si beau. Il parait encore plus étoilé que l’hémisphère nord.

Jour 5 : Las Salinas Grandes et repos à Famailla

Le lendemain nous souhaitons retourner au Salar, le voir de jour et s’amuser à faire des photos trompe l’œil. Sauf qu’il a plu toute la matinée et que le désert c’est transformé en une mare géante !

Tant pis, nous prenons la route plus rapidement que prévu et passons la nuit à Famailla dans un Airbnb pour se rapprocher de notre prochaine destination. Ici, nous retrouvons de la verdure à foison !

Jour 6 : Tafi del Valle et les ruines de Quilmes

Départ à 10h ce matin, une portion de route serpente à travers une végétation dense avec des petites cascade. La brume qui se mêle au décor donne un côté “king Kong”. Ça nous change par rapport à ces derniers jours dans le désert. Nous faisons un premier arrêt à El Molar pour voir des menhirs. Oui des menhirs en Argentine. A priori ils étaient éparpillés un peu partout dans le pays, mais les colons espagnols ont décidé de tous les rassembler. Les paysages aux alentours sont superbes et bien vert.

Arrivé à Tafi del Valle, petit village paisible. Nous nous baladons à travers les boutiques artisanales et mangeons dans un petit restaurant “el museo” aux spécialités locales. Nous goûtons plusieurs empanadas : au lama, boeuf, et fromage/jambon ; tamales (sorte de pâte de maïs avec de la viande à l’intérieur cuite dans des feuilles de bananiers) ; locro (ragoût de viande, maïs, courge…) ; Umita (purée de mais avec du fromage). Tout est délicieux.

Nous filons ensuite aux Ruines de Quilmes. Nous prenons une guide qui nous en apprendra plus sur la culture et le lieu (il y a également un musée). Entre autre que c’est un peuple d’agriculteurs, récoltant du maïs, du quinoa, des pommes de terres et élevant des lamas qui a résisté aux Conquistadors Espagnol pendant 130 ans. Le toit des maisons étaient fait de bois de cactus. C’est très intéressant et en plus le paysage alentour est magnifique. On ne regrette pas d’être venu !

Ce soir nous roulons en direction de Cafayate où nous passerons 2 nuits.

Jour 7 : Quebrada de las Conchas sur la RN 68 et les Bodegas de Cafayate

Le programme de la journée est un parcours en voiture sur la RN 68 pour découvrir la réserve naturelle “Quebrada de las Conchas”, célèbre pour la beauté de ses paysages où nous ferons des arrêts sur différents points de vue. Nous décidons d’aller au point le plus haut pour ensuite redescendre tranquillement. (49km de Cafayate à Garganta del Diablo). Toute la journée nous sommes subjugués par cette nature fantaisiste et magnifique.

De retour dans le centre ville de Cafayate, nous décidons d’aller tester quelques Bodegas du coin. La première Mani, où nous assistons à une dégustation avec d’autres personnes. 250 pesos (3.5€ en 2020) pour goûter 5 verres de vin avec une hôtesse très agréable, un lieu sympa et des vins plutôt pas mal. Le second est Pietro, 50 pesos (0,75€ en 2020) pour 4 verres de vin. Ce n’est vraiment pas cher, mais il y en a moins dans les verres hehe. Nous Finissons la soirée dans un bar restaurant qui propose des happy-hour à côté de la place principale. La ville est vraiment mignonne et très agréable !

Nous sommes plus que satisfait de cette première partie, les paysages étaient surprenants et déjà bien diversifiés. Chaque lieu possède à nos yeux un détail, un souvenir, une couleur, une atmosphère… bien à lui, qu’il est difficile de faire un choix, un choix de ce qu’on a pu préférer. Mais les sites comme la laguna Brava, Ishigualasto ou la Quebrada de las Conchas sont à couper le souffle ! Et vous, à travers nos photos et récits, qu’avez-vous préféré? Y a-t-il un lieu que vous aimeriez découvrir ? (dites le nous en commentaire !)

A suivre, la deuxième partie de notre road-trip toujours dans le Nord-Ouest de l’Argentine (article ici).

Répondre à Favre-Petit-Mermet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 comments