Direction Mendoza : Aconcagua et bodega

Nous prenons un bus depuis San Luis, pour rejoindre Mendoza, la quatrième plus grande ville de l’Argentine. 3h30 de bus, une broutille ! Ça nous change des 7h de route au minimum !

Au programme lors de notre séjour :  l’essentiel de la ville, goûter leurs fameux vins et observer l’Aconcagua, le plus haut sommet d’Amérique du Sud.

Sur la route de l’Aconcagua

Nous arrivons à 12h00 à Mendoza et récupérons notre voiture de location à 14h00 pour filer tranquillement dans un village proche du Parc national, y dormir puis faire la visite le lendemain. Il existe aussi l’option bus qui se fait sur une journée, avec 4h00 de route aller, puis 4h00 de route retour. C’est faisable, mais nous avons choisi l’option voiture pour être plus autonome et ça nous paraissait plus agréable et moins fatigant (et en plus à 4 c’est économique!).

Les clés en main nous sortons de la ville et apercevons les premiers domaines viticoles. Plus nous avançons plus les paysages deviennent arides et sauvages. Nous tombons sur un joli panorama, malgré le temps grisâtre.

La verdure réapparaît, juste le temps de traverser la petite ville d’Uspallata. Nous nous y arrêtons pour siroter un jus de fruit frais. Puis, à partir de là, la route qui se présente sous nos yeux petit à petit est magnifique. Nous nous faufilons entre les montagnes de la cordillère des Andes à l’aspect volcanique et aux différentes nuances de couleurs. On se sent minuscule !

Nous arrivons à Los Penitentes, station de ski en hiver et déserte en été. Sauf pour les quelques randonneurs qu’on apercevra au refuge d’à côté. Nous, nous longeons dans un petit appartement Airbnb. Clairement je crois que nous sommes les seules dans l’immeuble avec Maximo le gardien. (ça pourrait presque faire un scénario de film d’horreur….!).

Après une bonne nuit de sommeil, au calme, nous nous dirigeons au parque provencial de l’Aconcagua. Son sommet atteint les 6962 mètres et est donc le plus haut d’Amérique du sud. A l’entrée, nous payons 300 pesos chacun qui nous donne le droit d’aller jusqu’au point : Los Horcones. Les lieux sont fabuleux, nous sommes entourés de montagnes à l’aspect volcanique et aux différentes nuances de couleurs. Et au bout, on l’aperçoit : le fameux, l’imposant, le colosse Aconcagua, enneigé, qui contraste avec le reste.

Nous arrivons au point de vue, nous sommes à environ 3500 mètres d’altitude, la balade n’est vraiment pas longue. On s’attendait à voir le mastodonte d’un peu plus près… Et la lagune n’est vraiment pas impressionnante (ou peut être que celle-ci a moins d’eau à cette période ?). Mais impossible d’être déçu avec un paysage pareil ! Un décors qui s’appelle “l’altiplano” qui signifie “plaine d’altitude”. La beauté des lieux est encore une fois difficile à faire retranscrire sur les photos.

Sinon il existe des treks sur plusieurs jours ou semaines pour aller jusqu’au pied du mont ou carrément pour l’ascension ! D’ailleurs un nouveau record a été atteint par le Tchèque Martin Zhor fin 2019 en 3h38 (9,18km et plus de 2600 mètres de dénivelé!).

Ensuite direction la statue du Christ qui se trouve à quelques kilomètres mais ce n’est que de la montée. C’est une route de terre, avec des virages très serrés,  je ne faisais pas la fière ! En revanche le panorama sur la vallée est incroyable ! Des couleurs qui passent du marron au rouge, mais aussi du jaune et  même quelques nuances de bleu/vert quand on cherche bien.

Au bout, nous trouvons le Christ qui se situe juste à la frontière entre l’Argentine et le Chili. Il y aussi quelques petites bâtisses où on y trouve des objets et nourriture artisanale. On nous fera goûter du dolce de leche, une liqueur, du chocolat et du gâteau à l’orange. C’est délicieux. Nous craquerons ensuite sur un empanada au fromage : un régal ! Et le patron, parlant quelques mots de français nous fera goûter plusieurs liqueurs dont une qu’il appelle “le cul de maquaque” bon pour l’altitude, nous dira-t-il. Ou possiblement une bonne excuse ! Nous sommes à 4000 mètres, les premiers symptômes de l’altitude se font sentir. Le souffle court lorsque tu fais un effort plus intense ou quelques vertiges quand tu te mouches un peu trop brusquement !

Avant de quitter le coin, nous faisons un dernier arrêt à “El puente del Inca” pour voir un pont naturel, coloré par le souffre, où passaient les Incas autrefois. Cette portion de route fait partie du célèbre “chemin des Incas”. L’édifice abandonné au flanc de la falaise sont des thermes construits par les anglais puis laissés à l’abandon… On les remercie d’avoir gâché le paysage mais le lieu reste tout de même beau et atypique.

Déguster du vin dans les Bodegas du coin

Mendoza est réputé pour ses vignobles, appréciant le vin ça aurait bête de passer à côté ! Nous prenons un bus depuis le centre ville jusqu’à Maipu (30/45 minutes selon le bus). Nous nous arrêtons juste devant un magasin de location de vélo “Maipu Bikes” où nous louerons donc un vélo pour 450 pesos (soit 7€ en 2020). Le patron nous donne un plan avec les différentes Bodegas et leurs tarifs, plutôt pratique ! (mais il en existe pleins d’autres!).

C’est sous une chaleur écrasante que nous prenons la route des vins. Nous commençons par la Bodega Familiar Vina en Cerno, qui propose plusieurs vins biologique : 2 dégustations pour 200 pesos (3€). Nous choisissons de  goûter un vin rosé pétillant et rouge Malbec. Je ne vais pas vous faire un descriptif détaillé des saveurs car je n’en ai pas les capacités mais c’était très bon !

Deuxième arrêt au domaine Trapiche, celui-ci était un peu plus haut de gamme, nous avons du le réserver à l’avance directement chez le loueur de vélo. Une dame nous accueille en petit groupe et nous fait une visite des lieux avec des explications en espagnol. Je n’ai pas tout compris mais c’était super sympa. Nous arrivons ensuite au meilleur moment : la dégustation ! Un blanc et 2 rouges dont le dernier qui a goût particulier avec des notes de poivrons. Il est bon mais étonnant, vraiment différent de tous les vins que j’ai pu goûter jusqu’à présent.

Nous faisons un troisième arrêt pour goûter d’autres mets locaux à Entre Olives. On se régale des différentes huiles d’olive, chimichuri (leur fameuse sauce aux huiles et herbes), tapenades, dolce de leche et condiment à base de vin (vraiment excellent!! à tartiner sur du pain ou du fromage). Mais aussi des diverses liqueurs : au chocolat, café, dolce de leche… surprenant ! On repartira avec quelques produits…

Après ça, on se serait bien refait un dernier vignoble, mais il est 17h30, les Bodegas vont déjà fermer et nous devons ramener le vélo à 18h00 maximum. Ce n’est pas grave nous profiterons de l’happy hour gratuit chez le loueur de vélo ! Haha. (Qui est entre 17h et 18h).

Savourer un asado au restaurant

Les argentins adorent la viande (courage aux végétariens dans ce pays!) et leur spécialité c’est l’asado c’est-à-dire la viande cuite au barbecue. Plus particulièrement “el bife de chorizo” : une partie tendre du bœuf. Après avoir goûté un “mix asado” peu concluant en Patagonie à cause des boyaux frits et rognons qu’on apprécie guère, quelques très bon sandwish d’asado à un festival près de Cordoba, on avait envie de déguster leur spécialité dans un restaurant réputé de la ville. Sur les conseils de notre hôte, nous nous rendons au “patio del Jésus Maria” où nous prenons le fameux “bife de chorizo” (sauf Manu qui goûtera du porc très bon). La viande est succulente et la portion très copieuse, on se régale avec un bon vin rouge de la région ! Il n’y a que les frites qui sont inutiles et  pas assez cuites comme souvent en Argentine. Et Manu et Amandine rajouteront que c’est comme ça presque partout en Amérique du Sud. Peut-être les préfèrent-ils ainsi ? Pour l’anecdote quand notre voisin de table (surement un habitué du restaurant ou le patron car il avait l’air de connaitre tout le monde) apprend que nous sommes français il appel le chef pour lui dire que nous mangeons la viande “bien jugosa!” c’est-à-dire “bien saignante”. Car ici, en argentine il la mange à point, voire bien cuite ! On vous rassure, la cuisson était parfaite !

Le centre ville ?

A la base on souhaitait découvrir la ville sur une journée voire demie-journée. Mais finalement nous avons eu un contre temps, nous avons dû utiliser cette journée pour prévoir un potentiel planning pour un road trip jusqu’à Salta (en voiture ; car à la base on voulait le faire en bus). Cela nous a pris plus de temps que prévu. Tant pis, nous n’avions pas envie de décaler d’une journée juste pour une ville préférant profiter des parcs nationaux qui nous attendaient (et sachant qu’on doit arriver à tant à Rio pour le Carnaval!). Mais ayant logé en plein centre, nous avons tout de même eu un aperçu, un endroit qui paraît agréable à vivre. 

Je ne peux malheureusement pas vous dire si la ville de Mendoza vaut le déplacement; mais sa région oui ! N’ayant pas l’habitude de voir ce type de paysage nous avons été subjugué par les lieux du parque de l’Aconcagua. Rien que la route pour y accéder vos le coup d’œil ! Et pour la route des vins, c’est toujours un plaisir de découvrir et déguster de bon produits régionaux, tout ça en vélo pour déculpabiliser !

A suivre : notre road trip de 15 jours dans le Nord-Est Argentin.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments